QU’EST-CE QU’INVENTER ?

Publié par - 8 juin 2018
Lire l'article

Comprendre en 3mn35 notre conférence au siège digital de la SNCF :

Vendredi dernier, notre co-fondateur Antoine Fenoglio a partagé avec certains experts du siège digital de la SNCF, son expérience sur une question qui lui tient à cœur : “Qu’est-ce qu’inventer ?”

 

juanmendezdessin

Illustration de Juan Mendez qui a dépeint son point de vue au fil de la conférence

 

A l’heure où l’innovation s’impose en maître mot dans les entreprises, qu’en est-il de l’invention ? En effet,  la figure de l’inventeur se révèle dédorée, au profit de celle de l’innovateur. Comment expliquer cela ? En quoi l’innovation et l’invention diffèrent-elles ?

 

L’invention apparaît souvent comme le fruit d’une imagination créatrice, un joyau qui éclôt de façon inopinée, et parfois à point nommé. Par contre, l’innovation se veut plus pensée, réfléchie : c’est un processus abordé pas à pas, dans le but de trouver des solutions pour améliorer les usages et ainsi conjuguer le futur au présent. De plus, tandis que l’innovation se veut conquérante des futurs, l’invention reconnaît souvent dans quelle histoire elle s’inscrit. Cependant, il est absurde de penser que l’innovation part de nulle part. Il s’agit d’écouter le passé, toucher le présent, regarder vers l’avenir.

 

L’invention s’inscrit souvent dans une lois de séries. Puisant à la source d’inspirations plurielles, nous pensons que cette notion se distille dans nos méthodes et nos modes d’action. Malgré cette injonction constante à l’innovation, il n’y a en réalité, pas de méthode éprouvée pour innover. Sinon l’intelligence artificielle le ferait à notre place, mais l’IA ne sait pas être contre-intuitive, elle répond uniquement -comme le fait malheureusement souvent l’innovation- à des questions dont les réponses existent déjà. Dans notre studio où se côtoient tour à tour, un graphiste et une sociologue, une poète et un designer UX, une philosophe et un designer industriel, technique et créativité se conjuguent. Chaos et harmonie se complètent. La singularité de la perception de chacun, instille une vision différente, à chaque pan d’un projet. C’est ainsi que l’invention apparaît comme un mélange alléchant de curiosité et d’audace. Curiosité, pour la diversité des inspirations et des profils. Audace, pour le désir impérieux de sortir des sentiers battus, quitte à tâtonner dans un imbroglio d’univers confus. Audace aussi, pour le désir impérieux d’oser faire. C’est non sans enthousiasme qu’Antoine Fenoglio nous parle, du digesteur de Papin, ancêtre de l’autocuiseur, de l’invention des ampoules plates, ou du processus de création d’une micro-usine, permettant de recycler des bouteilles en plastique. Des inventions qui dans un premier temps, ont valu incompréhension et parfois mépris, à l’inventeur, souvent trop visionnaire pour son époque. Ou pas assez tourné vers les usages… Du présent. Au-delà d’une injonction à innover, c’est une injonction à bousculer les systèmes établis, que nous cultivons.

 

En ce sens, l’invention, comme l’innovation, est toujours une science du contexte. La seule véritable méthode, c’est donc peut-être d’observer les usages, le monde qui nous entoure : de déceler les besoins des contemporains,  afin d’y apporter des solutions. D’une certaine façon, c’est la phase d’ethnologie suivie de POCS que nous nous efforçons d’appliquer à tout projet. Au fil des projets de Sismo, invention et innovation apparaissent comme l’âme et la peau d’une même conception, soudée par le squelette des observations créatives. Invention, innovation : mais qu’en est-il de la découverte ? C’est sans doute un élément sous-jacent qu’on aspire à recueillir, derrière ces méthodes construites par la déconstruction, cette harmonie créée au cœur du chaos.

 

Alors inventons !

 

Maureen Kakou,

les Sismo

Publié par - 8 juin 2018
+33 (0)1 40 27 05 54 sismo@sismodesign.com