L’expérience collaborateur, qui est concerné ?

,
Publié par - 13 février 2018
Lire l'article

Épisode 2 : L’expérience collaborateur, qui est concerné ?

Il y a aujourd’hui 830 000 freelances en France. Leur nombre a augmenté de 126% en France en 10 ans. Si le salariat ne risque pas de mourir du jour au lendemain, il sera sûrement amené à évoluer encore plus dans les années à venir tout comme les formes du travail. Plus que jamais, les entreprises doivent développer leur attractivité et repenser les relations de travail. L’enjeu pour l’organisation et les individus qui la composent est de trouver comment s’adresser à chacun.e à travers des parcours personnalisés mais également de proposer des lieux et modes de travail adaptés aux attentes de chacun des collaborateurs.

Au-delà des collaborateurs internes, nous pensons que l’entreprise de demain doit également étendre l’expérience collaborateur à d’autres parties prenantes comme les étudiants, les fournisseurs, les startups, les freelances ou encore ses anciens salariés. De plus en plus d’entreprises font face à une pénurie de talents et donc améliorent le parcours candidat. Elles sont nombreuses à se demander comment retenir les talents ? Et si la réponse était : prendre soin de ses anciens employés qui pourraient revenir enrichis de leurs expériences?

Quand l’équipe s’adonne à la pâtisserie !

 

Les entreprises sont nombreuses à construire en interne un lab d’innovation dédié aux startups incubées. Et si la bonne question était : comment inciter leurs salariés à travailler pour des startups ? Enfin, les entreprises sont nombreuses à venir nous demander comment mieux innover. Et si la bonne question était comment créer du dialogue entre mes employés et mes collaborateurs pour imaginer des solutions communes ?

 

Autant de réflexions qui ont comme point commun de mettre la relation au centre de la création de valeur.

 

Chez les Sismo nous pensons que les designers et les ressources humaines ne doivent pas se fixer comme objectif premier d’améliorer le bien-être et le bonheur dans l’entreprise. C’est prendre le risque de sauter les étapes d’un processus de réflexion globale. Un lieu de travail a beau être agréable et moderne, s’il n’a pas été pensé en cohérence avec les missions et l’organisation de l’entreprise, dans le but d’améliorer les relations et le dialogue entre collaborateurs, la magie ne pourra opérer.

 

commanderie20173

Sismique épopée à la Commanderie

Somme toute, améliorer l’expérience collaborateur, c’est améliorer les relations de travail entre les personnes, leur donner les moyens de se rencontrer, d’échanger et proposer une organisation du travail qui leur permette de mener à bien leurs  projets, dans des conditions satisfaisantes. Faire la propagande du bonheur au travail, c’est risquer de déclencher la méfiance des collaborateurs car soyons honnêtes, peu d’entreprises ont comme objectif prioritaire de rendre heureux leurs employés. Même si l’on peut le regretter, il s’agit souvent d’un moyen plutôt que d’une fin. A défaut de changer le monde, mieux vaut construire une expérience collaborateur authentique et sincère !

Dans le prochain article, nous nous intéresserons au rôle des designers dans la conception de l’expérience collaborateur. En attendant, n’hésitez pas à nous faire part de vos avis.

 

A bientôt,

Jordan Thévenot, design thinker

Publié par - 13 février 2018
+33 (0)1 40 27 05 54 sismo@sismodesign.com