J’imprime en 3D, tu imprimes en 3D, il/elle imprime en 3D…

Publié par - 22 janvier 2016
Lire l'article

Qu’est-ce que l’impression 3D ?

 

En réalité l’impression 3D n’a d’impression que le nom. Nous sommes dans un procédé constructif très différent d’une classique imprimante à jet d’encre. On parle ici de fabrication additive.

Il existe 3 grands types de processus additifs :

– Le premier est  le dépôt de fil : une matière en fusion est déposée par une buse qui se déplace en dans les 3 axes : x, y mais aussi z. C’est ce dernier axe qui fait passer l’impression dans la 3e dimension. Ce fil en fusion refroidit puis devient rigide.

– Le second procédé se nomme la stéréolithographie : un bain de plastique liquide vient accueillir une lumière UV qui se déplace pour solidifier les zones voulues.

– Le dernier procédé appelé le frittage de poudre fonctionne un peu comme le bain, mais de la poudre remplace le liquide et vient s’agglomérer au contact d’un laser mouvant.

Ce qui varie dans ces 3 procédés est le temps de fabrication et la qualité de l’aspect de surface.

 

Puis-je avoir une imprimante 3D chez moi ?

 

Certains médias décrivent les imprimantes 3D comme de futurs objets domestiques, à placer entre sa machine à expresso et son micro-ondes, mais cette idée n’est pour l’instant qu’utopie. La première raison est sanitaire.

Les vapeurs dégagées par les plastiques en fusion sont néfastes et nécessitent des normes d’aération drastique.

La seconde raison de l’utopie 3D est sa spécialisation. Il est impératif d’avoir une certaine maîtrise des outils de modélisation CAO (Conception Assistée par Ordinateur) pour dompter ces machines encore complexes.

 

Tout le monde ne sait pas se servir des logiciels. On n’imprime pas une chaise comme on imprime une photographie. De nombreux détails techniques sont à valider avant de lancer l’impression, dont certains sont plus proches de l’ingénierie que du classique menu : Ficher / Imprimer/ Format de document …

 

Mais alors à quoi ça sert ?

 

Mais alors quels en sont alors les usages ? Actuellement, l’impression 3D est en grande partie destinée à la réalisation de prototypes rapides. Ces derniers permettent aux marques, aux ingénieurs et aux designers de valider des proportions, des volumes, des ergonomies … Avant de se lancer dans des prototypes aux meilleurs finitions et plus coûteux.

L’armée, quant à elle, a intégré les imprimantes 3D de manière totalement stratégique. Sur un navire par exemple, il est nécessaire de stocker un nombre colossal de pièces de rechange par mesure de sécurité. Or, cette précaution alourdit énormément le vaisseau. La solution employée est la suivante : on installe plusieurs imprimantes 3D, et on conserve dans une base de données toutes les modélisations numériques des pièces. Si une pièce est défectueuse, on l’imprime directement sur place.

 

L’avenir de l’impression 3D s’oriente vers des matériaux plus naturels, tels que les minéraux ou même certains végétaux comme les algues. Certains chercheurs développent même des imprimantes qui fonctionnent avec du sel et de l’eau pour générer des formes par iodisation et calcification. Si anticiper le rôle des imprimantes 3D dans notre habitat reste un sujet délicat, les avancées technologiques fulgurantes sont telles que l’impression tridimensionnelle présente un avenir aussi ambitieux que novateur.

Publié par - 22 janvier 2016
+33 (0)1 40 27 05 54 sismo@sismodesign.com